Economie

Malgré son immense population de plus de 120.000 âmes, sa sécurité et le dynamisme de ses habitants, Penka-Michel reste un vaste espace mal connu, sous exploité par des investisseurs nationaux et internationaux ; pourtant de florissantes activités s’y pratiquent.

  • Agriculture

Malgré l’application des techniques de production traditionnelles et semi-modernes caractérisée par la sous-utilisation des fertilisants et pesticides, quelques cultivateurs parviennent à produire de grandes quantités de maraichères (tomates, carottes, choux, légumes…) pour approvisionner la localité, les villes et les pays environnants. Le café arabica qui jadis fut la principale culture de rente connait une faible productivité suite à la chute drastique des prix sur le marché mondial. Bananiers-plantains, maïs, haricots, pommes de terre et autres produits suscités sont régulièrement trouvés sur les marchés de Penka-Michel.

Malgré les nombreuses difficultés rencontrées, l’agriculture reste le premier secteur d’activité porteur et occupe près de 70% de la population active de la commune. Nous pouvons retenir que la pauvreté et la non utilisation des techniques de production modernes sont les principales causes de la faible productivité.

  • Elevage

Jadis ce fut le petit élevage de volaille, de porc et ruminant ; aujourd’hui, la vitesse est embrayée à l’étape supérieure lorsque beaucoup ont compris que l’élevage était  rentable. De grandes fermes sont de plus en plus construites dans le Centre Urbain, dans les groupements Bansoa, Bamendou, Balessing produisant au quotidien de tonnes d’œufs et de poulets de chair. De même les jeunes s’investissent à l’élevage des ruminants, des rats, cochons d’indes etc…

Le peuple Baloum rejoint par les Bororos exercent l’élevage des bovins sur les montagnes de Baloum (Mt Baní) et approvisionnent l’Arrondissement et ses environs. Ceux-ci mènent leurs activités sous l’appui de deux centres Zootechniques et de contrôle vétérinaire du Centre Urbain et de Bamendou.

  • Industrie et artisanat

Dans l’Arrondissement de Penka-Michel, il n’y a pas de structure artisanale légalement établit. L’artisanat est resté traditionnel, certains travaillent seuls et d’autres sont regroupés pour produire. Dans leur structure on peut avoir meubles en bois, des sacs en fibres de raphia, des tams-tams, des paniers, des nattes et autres objets de sculptures. Néanmoins les grandes difficultés restent les appuis financiers et les débouchés.

  • Chasse 

Ici la flore est moins dense, ainsi la chasse se limite à quelques gros oiseaux et de petits rongeurs tel que les rats et hérissons.

  • Eco-tourisme

Le tourisme reste encore un secteur d’activité très florissant mais inexploité dans l’Arrondissement de Penka-Michel. Parmi les atouts que regorge le secteur éco-touristique, on peut citer son relief à travers le Mont Bani à Baloum et ses paysages pittoresques, plusieurs chutes a l’instar de la Metché a Bansoa, les musés des chefferies Bamendou, Bansoa, Balessing et Baloum sont autant de sources d’attraction touristiques.

  • Ressources forestières et droits d’accès

Les carrières de pierres et sable, le raphia, et quelques arbres en constituent quelques ressources forestières. Le droit d’accès se fait par négociation avec les propriétaires des terrains où se trouvent ses mines.

  • Pêche

A cause de l’absence des cours d’eau imposants, les produits de pêche sont rares. Le débit variant en fonction des saisons, ceux-ci ne sont pas suffisamment poissonneux.

  • Commerce et autres activités du tertiaire 

Les activités commerciales sont plus intenses les jours de marchés dont la périodicité est de 08 jours comme dans la plupart des localités de l’ouest.

Les jours ordinaires, on peut dénombrer quelques quincailleries, ventes à emporter, des boutiques qui permettent l’approvisionnement de la population en produit agroalimentaire et vestimentaires. Parmi les structures commerciales installées on peut sans publicité citer, le magasin de la Société FOKOU, les Ets. YEMLONG et autres. De nombreux restaurants meubles ce secteur et chacun y trouve son compte. Dans le secteur bancaire on peut citer les MC² (succursale de CCEI Bank) qui sont des structures de micro finance fiable garantissent les opérations d’épargne et de crédit des populations. La Caisse d’Epargne postale joue aussi le même rôle en plus des opérations de transfert de colis.

  • Transformation

Les activités de transformation y sont pratiquées. Les boulangeries modernes et artisanales ainsi que les autres vendeurs de beignets transforment le blé. Le manioc subit aussi des transformations après avoir été trempé et moulu pour la fabrication des bâtons de manioc ou de farine.

L’exploitation des raphias permet la production du vin de raphia. Les moelles sont utilisées dans l’artisanat, surtout pour la fabrication des contenants des productions maraîchères à commercialiser.

Elvis Delaure KENGNE

0Shares